Le rôle des villages comme support de biodiversité


Ce site vous permet de suivre ce projet  original où
dans le cadre d’un programme de  recherche du CNRS de Chizé, « Agriculture durable et biodiversité », l’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement (Ifrée), le Zoodyssée et le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) de Chizé (*) ont mis en place un projet d’éducation à l’environnement vers un développement durable. 

Des espaces du site  sont réservés, via un code d'accès, aux écoles participantes, aux partenaires du projet et aux observateurs des nichoirs.

Une partie de ces informations est accessible :  la carte des nichoirs actualisée, la présentation du projet école par école (écrite par les élèves et leurs enseignants, la gazette des nichoirs, etc...

Bonne navigation...

Le Projet

Contextepaysage

Les activités humaines ont bouleversé l’environnement global lors des 2 derniers siècles en altérant profondément l’utilisation des terres et des eaux, les cycles biogéochimiques et la biodiversité (distribution et dynamique) à l’échelle planétaire. Sous l’effet de la Politique Agricole Commune (PAC), les paysages ruraux ont considérablement évolué aussi bien par leur dimension sociale et économique qu’environnementale. Aujourd’hui les enjeux liés à la biodiversité dans les milieux agricoles sont de première importance.


Toutefois, dans ce paysage changeant, les villages et leurs réseaux routiers ont été globalement peu modifiés.  Ils s’avèrent être des entités fixes structurantes du paysage rural. Les villages sont par définition des lieux de vie où chaque habitant a un rôle à tenir dans la gestion durable des ressources naturelles, et la biodiversité, dans et autour des villages, peut constituer un indicateur pertinent d’un développement durable d’un territoire.

Les oiseaux sont depuis longtemps utilisés comme des taxons indicateurs, dont la persistance indique l'intégrité des communautés biologiques et le fonctionnement durable des paysages auxquels ils appartiennent. De plus, les oiseaux ont une valeur patrimoniale élevée auprès des sociétés, et ils contribuent à l’image et à la représentation de l’espace rural.


Finalités

nichoirs

4000 nichoirs vont être mis en place et répartis sur un territoire d’étude appelé "zone atelier"  du CNRS de Chizé (400 km2 ). Une partie de ce territoire est désignée en Zone de Protection Spéciale (Natura 2000).

Ce projet vise à atteindre deux objectifs complémentaires qui vont dans le sens de la préservation de la biodiversité :

- Au niveau scientifique : 3 espèces phares : la Huppe fasciée, la Chouette chevêche et le Hibou petit duc.  Il s’agit de vérifier ou non l’hypothèse selon laquelle, sur ce territoire, leur population est limitée par le nombre de cavités pouvant servir à la reproduction ;


- Au niveau éducatif : sensibiliser les citoyens ruraux (adultes et enfants) au rôle qu’ils ont à jouer pour favoriser la biodiversité dans et autour de leur village (d’abord sur le territoire d’action, puis au niveau national).

Afin de sensibiliser les habitants et d'agir pour la reconquête de la biodiversité dans les villages en plaine céréalière intensive, ce projet s'appuie sur le réseaux d'écoles présentes sur le territoire.


La démarche en quelques lignes...

Afin d’atteindre les objectifs ci-dessus, le projet va se découper en plusieurs axes :
Axe 1 : Fabrication et installation des nichoirs
Axe 2 : Implication des écoles et des habitants
Axe 3 : Formation des acteurs du projet
Axe 4 : Valorisation

Pour mettre en œuvre ces axes, un partenariat fort est en place entre l’Ifrée, le Zoodyssée et le CNRS :
- L’Ifrée assure la coordination globale du projet et la conception d’outils pédagogiques,
- Le Zoodyssée coordonne et assure la mise en œuvre pédagogique auprès des écoles et des habitants,
- Le CNRS s’occupe des aspects scientifiques et intervient auprès des écoles et des habitants avec le Zoodyssée.


Localisation géographique, durée et condition de mise en œuvre


Pour que le projet de recherche aboutisse, il  est nécessaire que des nichoirs soient posés sur l’ensemble de la zone atelier du CNRS.
Ainsi, ce projet mobilise les 23 écoles de la zone atelier du CNRS de Chizé  et se déroule sur 3 ans (chaque école s’engageant sur un an).